Observatoire Arthropodes

Observatoire Arthropodes

Observatoire Arthropodes

L’observatoire “Arthropodes terrestres” a été créé pour le réseau TEMPO, et a pour objectif de standardiser, pérenniser et développer des approches de suivi jusque-là uniquement locales à l’échelle de quelques laboratoires. Il se décline en deux volets correspondant à des taxons distincts, mais dont les problématiques, méthodologies et enjeux sont similaires.

Insectes forestiers

  • Quels modèles ?

Le volet portant sur les insectes se focalise sur les Lépidoptères forestiers, principalement la processionnaire du pin Thaumetopoea pityocampa, une espèce modèle pour l’étude des réponses au changement climatique à la fois en raison de son expansion géographique mais aussi de sa phénologie. D’autres espèces sont suivies plus ponctuellement, telles que la pyrale du buis Cydalima perspectalis (seule espèce invasive de ce volet), la tordeuse du mélèze Zeiraphera diniana et la processionnaire du chêne Thaumetopoea processionea. Les processionnaires du pin et du chêne posent, en plus des défoliations sur les massifs forestiers, des problèmes de santé publique avec leurs poils urticants qui entraînent des réactions cutanées et respiratoires.

La processionnaire du pin effectue une génération par an avec un développement des colonies de larves en hiver, ce qui fait d’elle une espèce particulièrement sensible au changement climatique. Elle est considérée comme un bio-indicateur du changement climatique par l’ONERC et a été citée dans un rapport du GIEC pour la relation de causalité qui a été démontrée entre son expansion géographique et le réchauffement des hivers.

Nids de processionnaire du pin, Thaumetopoea pityocampa.
Nids de processionnaire du pin, Thaumetopoea pityocampa.

 

 

 

 

 

 

  •  Pourquoi la phénologie ?

Des décalages phénologique marqués sont observés de plus en plus fréquemment ces dernières années chez la processionnaire du pin, à la fois entre régions climatiquement distinctes et entre années. Plus récemment, apparaît aussi une augmentation de la variabilité locale et intra-annuelle, avec des populations d’une même génération pouvant terminer leur développement larvaire en automne (phénologie précoce) ou au printemps (phénologie typique). Ces changements allongent la période de risque sanitaire liée aux soies urticantes relâchées par les chenilles, l’exposition étant la plus importante lors des processions de nymphose. Ceci complexifie également la planification et l’utilisation de traitements et autres méthodes de lutte souvent dépendantes du stade de développement du ravageur. La compréhension de la réponse phénologique de cette espèce aux variations du climat constitue donc des enjeux majeurs à la fois sur le plan fondamental et le plan appliqué, et fait ainsi l’objet de plusieurs projets en cours dont certains visent à standardiser et automatiser les méthodes de suivi phénologique sur les stades larvaires et les adultes.

Adulte femelle de processionnaire du pin en train de pondre
Piège automatisé de suivi de la phénologie des Lépidoptères adultes, CapTrap.
Piège automatisé de suivi de la phénologie des Lépidoptères adultes, Trapview.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Acariens - Tiques

  • Quelles espèces ?

Le volet portant sur les acariens se focalise sur les tiques, principalement Ixodes ricinus, tiques que l’on retrouve préférentiellement en milieu boisé dont le rôle en santé publique humaines et animales est important compte tenu des nombreux pathogènes dont elle vectrice (parasites tels que les Babesia sp., bactéries tels que les Borrelia sp. (Lyme), virus tels que celui de l’encéphalite à tique). La progression dans le nord et en altitude d’Ixodes ricinus et de sa cousine américaine (Ixodes scapularis) souligne l’effet du changement climatique. D’autres espèces nouvellement présentes en France métropolitaine commencent à être suivies comme Hyalomma marginatum autre tique de la famille des Ixodidae, vecteur de la fièvre hémorragique Crimée-Congo.

xodes ricinus femelle à l’affût

La tique Ixodes ricinus effectue une génération dans un délai très variable entre deux et cinq ans selon les conditions météorologiques. Son développement et son activité sont particulièrement dépendantes des conditions de température et d’humidité.

  • Pourquoi la phénologie ?

Les tiques ont une activité qui varie énormément dans la saison du fait de la modification des conditions météorologiques. De même, nous observons des variations entre les années. Afin de mieux comprendre la phénologie pour Ixodes ricinus, nous avons standardisé des méthodes de collectes de tiques au drap. Par ailleurs, les conditions de température et d’humidité sont suivies et des modèles statistiques ont été développés. Un modèle a été choisi pour décrire l’activité des tiques en fonction des séquences météorologiques précédentes. Il est possible alors de représenter des cartes hebdomadaires de favorabilité pour l’activité des tiques.

La connaissance et la prévision de l’activité de tique permet d’améliorer l’information et la prévention des risques liés aux tiques.

Nos recherches actuelles sont centrées sur l’amélioration de la qualité des prévisions et l’adaptation du message selon les publics visés.

Carte hebdomadaire d'activité de risque

 

Collecte de tique au drapeau

 

Responsables de l'observatoire :

Maurane BURADINO
Mathieu LAPARIE
Karine CHALVET MONFRAY

Voir aussi

Date de modification : 14 décembre 2023 | Date de création : 04 janvier 2018 | Rédaction : INRAE